Des familles en difficulté bientôt hébergées chez les sœurs de Livry sur Seine

Sous la houlette du Secours catholique qui rénove en ce moment les locaux, le château du Clos Notre-Dame, à Livry-sur-Seine, où vivent les sœurs dominicaines va accueillir SDF et familles vivant à l’hôtel dans 38 appartements aménagés sur le site.

Dominique Gervais, le maire (SE) de Livry-sur-Seine, va l’annoncer ce samedi matin à ses administrés lors de la réunion publique * consacrée à son bilan de mi-mandat : le château dit du Clos Notre-Dame va se reconvertir en centre d’accueil et d’hébergement temporaire pour des familles en difficulté en vue de leur réinsertion.
« Les sœurs dominicaines qui sont propriétaires cherchaient depuis deux ans un partenaire pour occuper le château et une partie des annexes, tout en conservant leur maison de retraite actuelle située derrière le château. L’entretien de la totalité de la propriété était devenu trop lourd pour elles », explique l’édile.
De fait, la propriété s’étale sur 14 ha, les bâtiments sont chauffés au fioul… Pas simple pour la vingtaine de sœurs qui y vivent. Selon l’élu, « sans partenaire, elles envisageaient la vente du château… »
Au printemps dernier, elles ont passé un accord avec l’association des Cités du Secours catholique (ACSC) pour un bail de location de 10 ans. Des travaux de rénovation sont en cours. En tout, 38 appartements vont être aménagés, ainsi que des chambres. Une centaine de personnes sont prévues. Les premières vont arriver en décembre.
Les soeurs ravies
« Elles seront encadrées par une douzaine de personnes du Secours catholique et resteront dix-huit mois maximum. La commune pourra scolariser un maximum de dix enfants âgé de 3 à 10 ans », précise le maire qui compte déjà 190 enfants au total en primaire à Livry.
Une vraie nouveauté pour ce village de presque 2 000 habitants situé près de Melun. « J’ai visité un centre similaire à Souzy-la-Briche qui compte 400 habitants en Essonne. Cela se passe bien », confie le maire.
A Livry, le château du XVIIe siècle est excentré, séparé du village par la voie ferrée et la D 39. Les enfants devront alors traverser cette route dangereuse. C’est pourquoi Dominique Gervais a prévenu le conseil départemental, en charge de cet axe plutôt fréquenté.
Du côté de la communauté des sœurs, on est ravi. « Nous sommes contentes que le château puisse servir à des personnes dans le besoin », sourit Sœur Madeleine. « Aujourd’hui, nous sommes pratiquement toutes à la retraite. Le site a été pension de famille, lieu de retraite. Tout cela est terminé. Aujourd’hui, on accueille encore les scouts ».
* Réunion publique samedi dès 10 heures, salle Dumaine, rue de Vaux à Livry-sur-Seine

Source : Le Parisien