Avent 2020 : Veillez !

Méditation d’Avent par Sr Mireille Ahossi pour le feuillet spirituel de la Fédération

Qu’est-ce que veiller ?
Nous vivons un moment complexe qui nous plonge dans l’incertitude totale. Des recommandations défilent sur nos écrans. Elles sont toutes un appel à être vigilant, à veiller : Veillez, Mesdames, Messieurs, à mettre votre masque en public… Veillez à respecter la distanciation sociale… Veillez à laver régulièrement vos mains… Veillez à tousser dans le creux du coude… Veillez à limiter les visites aux personnes vulnérables… Veillez à enseigner tout cela à vos enfants… Veillez ! Mais cet appel à la vigilance est motivé par la peur : la peur du virus. Lorsque le Christ commande de veiller, cela est motivé par une joyeuse espérance : veillez comme des jeunes filles qui attendent l’arrivée de l’époux (Mt 25,1) ; veillez comme des serviteurs qui attendent leur Maître à son retour des noces… (Lc 12, 36).

Pourquoi devenir veilleur ?
Devenir veilleur, parce que désormais, nous avons compris que la vie, comme un rêve, est pleine d’illusions : « On peut rêver d’être à un banquet et de manger et boire à satiété ; mais lorsqu’on se réveille, la faim est toujours là ». (Raniero Cantalamessa)
Devenir veilleur, parce que nous avons également compris que la vie, comme un rêve, est brève : « Dans le rêve les choses ne durent pas… Des situations qui nécessiteraient des jours et des semaines, adviennent… en quelques minutes ». (Raniero Cantalamessa)
Nous devons donc devenir veilleurs pour ne pas substituer l’illusion du rêve à la réalité ; nous devons devenir veilleurs pour apprendre la vraie mesure de nos jours : « Ma vie n’est qu’un instant, une heure passagère. Ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit ». (Sainte Thérèse de Lisieux)

Comment devenir veilleur ?
Être veilleur aujourd’hui, c’est rallumer la foi de ceux qui perdent leur travail, qui voient leurs proches mourir sans pouvoir leur dire adieu, et qui se disent : où est Dieu ?
Être veilleur aujourd’hui, c’est remplir sa lampe de l’huile de charité, pour éclairer par de petites attentions et par le sourire – même s’il est invisible derrière le masque – les visages assombris par le deuil et la souffrance.
Être veilleur aujourd’hui, c’est brûler soi-même d’espérance pour crier à tous : soyez veilleurs, soyez veilleurs et jamais en veilleuse !

Sœur Mireille Ahossi (communauté de Poitiers)